Médias | Canal esport club
Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Business – Le printemps des millions

    Chaque année, l’esport continue de se développer. Et le parfum de la réussite séduit les portefeuilles, non seulement de ceux désirant renforcer leur présence sur la scène, mais aussi d’outsiders de ce business. Et le printemps a été particulièrement fleurissant au niveau des investissements.

    Le mois de mai a été une belle floraison pour les investissements dans l’esport. Qu’il s’agisse d’acteurs traditionnels ou de nouveaux venus, les parts du gâteau esportif continuent de se partager.  Retour sur les trois plus grands deals de la saison avant les vacances d’été.

    Le roi de la fortune

    La croissance de l’industrie esportive continue d’attirer des grands noms du monde des affaires. Ce ne sont pas les millions qui ont circulé qui diront le contraire. Et surtout pas Goldman Sachs, en compagnie de La Maison et Vintage. La célèbre banque d’investissement a misé 17 millions de dollars sur Minute Media. Il s’agit d’une filiale de la plateforme DBLTAP, dédiée à l’esport. Selon Duncan McMonagle, vice-président et directeur général de Minute Media, ce n’est que le premier pas de l’entreprise dans le monde de l’esport. Elle compte en effet couvrir plusieurs jeux et tournois en plusieurs langues à l’avenir.

    Le créateur d’un monde

    Riot Games compte jouer un rôle encore plus important dans l’esport. L’éditeur de League of Legends a déjà annoncé vouloir développer un nouveau jeu, mais n’avait pas précisé ses intentions sur la scène compétitive. Les équipes de l’ère LCS renforcent leurs investissements, et Riot a décidé de déposer 1,2 millions de dollars sur le compte de Gamelynx. Encore inconnu du grand public, ce studio compte développer un jeu mobile destiné à l’esport dont on ignore la nature. Un pari risqué, lorsque l’on sait que la scène esportive sur mobile est dominée par le genre du MOBA, et en particulier Arena of Valor et Vainglory. Bien que la somme ne soit pas si élevée, c’est la stratégie de diversification de Riot qui rend ce deal intéressant.

    L’empereur du milieu

    S’il n’y en a qu’un à retenir, c’est bien Tencent. 461 millions sur la plateforme de streaming chinoise Huya, et 632 autres chez son concurrent direct Douyu. Alors oui, ces noms ne sont pas bien connus en Occident. Mais il faut savoir que la Chine a sa propre architecture esportive, et ces entreprises font office de référence du milieu. Et le plan de Tencent est d’avoir la mainmise sur l’ensemble du marché chinois. La compagnie possède déjà des parts dans certains des jeux les populaires de l’empire du milieu. League of Legends, PUBG, Clash Royale, et bien d’autres. Sur ces jeux, les plus grandes compétitions du pays sont d’ailleurs dirigées par elle. En plus de contrôler la production, Tencent est aujourd’hui bien implanté dans la diffusion. Un monopole en marche.

    Mention spéciale à aXiomatic, filiale de Team Liquid, qui a reçu 25 millions de dollars de Bruce Karsh, membre du conseil exécutif des Golden State Warriors. Mais aussi à l’équipe chinoise Edward Gaming et ses 15,7 millions gagnés en levée de fond. Le début de l’année fiscale a été un coup de boost pour l’esport. Les regards sont maintenant sur la saison compétitive 2018-2019, qui devrait montrer le résultat de cette masse de billets de banque.

    À la une

    Ne rien manquer de l'actualité ESport

    Best Moves

    Par amour du beau jeu !