Médias | Canal esport club
Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Corée : La KeSPA sous le coup d’une enquête

    Une descente de police a eu lieu aux bureaux de la Korean e-Sports Association lundi. L’organisation serait soupçonnée de corruption.

    La KeSPA est une fédération chargée du développement de l’esport en Corée du sud. Elle a été fondée en 2000 avec l’accord du ministère coréen de la culture, des sports et du tourisme. Elle est impliquée, entre autres, dans l’organisation des compétitions et dans la gestion des équipes.

    Lundi 6 novembre, le site ESPN a annoncé que la police avait investi les bureaux de la KeSPA. À en croire les journaux coréens, trois membres de l’organisation auraient été arrêté dans le cadre d’une enquête sur la corruption. Lotte Homeshopping, une compagnie au cœur de deux autres affaires de corruption, aurait versé de l’argent illégalement à un ancien président de la KeSPA en 2015. L’enquête porte également sur le sponsoring de la KeSPA Cup, une compétition organisée sur StarCraft II et League of Legends.

    Via son compte Twitter, l’association a démenti les accusations.

    Tout n’est pas rose au pays du matin calme

    L’esport coréen n’est pas un long fleuve tranquille. En 2010, onze joueurs de StarCraft : BroodWar ont été bannis suite à une affaire de paris truqués. Une affaire similaire a eu lieu en 2015 sur la scène compétitive de StarCraft II, entraînant notamment la condamnation de Lee « Life » Seung à une amende de 62.000 dollars et à 18 mois de prison avec sursis. Le Coréen, qui comptait alors parmi les meilleurs joueurs du monde, avait été reconnu coupable d’avoir perdu des matchs volontairement. Dans ces deux affaires, la KeSPA a joué le rôle d’arbitre.

    Mais sur son compte Twitter, le journaliste Duncan « Thorin » Shields a dénoncé le manque de transparence de la fédération esportive. Selon lui, la corruption serait plus répandue qu’on ne le croit en Corée, mais la KeSPA jouit d’une position de monopole. Aucun journaliste n’oserait donc révéler certaines affaires au grand jour, de peur de se voir refuser l’accès aux joueurs et aux équipes.

    En octobre dernier, la KeSPA a perdu son statut d’organisation sportive auprès du comité olympique. L’organisation joue gros en cette période où l’esport et le sport traditionnels esquissent un rapprochement stratégique dans le pays en vue de l’organisation des jeux d’hiver de PyeongChang. La KeSPA souhaite donc logiquement éviter le scandale… ce qui semble pour l’instant plutôt mal parti.

    À la une

    Ne rien manquer de l'actualité ESport

    Best Moves

    Par amour du beau jeu !