Médias | Canal esport club
Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Genesis 4 : l’histoire d’une rivalité

    Retour sur le Genesis 4, l’un des tournois les plus emblématiques de Super Smash Bros Melee, et sur un duel devenu mythique : Mango contre Armada.

    Ce week-end, les Smashers de tout poil s’étaient rassemblés à San Jose pour le quatrième opus du Genesis. Au programme, des tournois Smash Bros sur trois plateformes différentes : Nintendo 64, WiiU et GameCube. Focus sur le tournoi Melee, où Armada & Mango ont une fois de plus trusté les deux premières places.

    Un peu d’histoire

    Lors de sa première édition en 2009, le Genesis ne comptait que 300 participants pour l’épreuve-reine de la compétition, Super Smash Bros Melee. Ce tournoi a pourtant une saveur particulière. C’est en effet la première fois que les États-Unis, terre natale de la scène compétitive Melee, accueillaient Armada, jeune prodige suédois de 16 ans. Pour François “Fauster” Le Brun, commentateur français de Smash Bros, ce brassage des continents a beaucoup apporté à la communauté : “Voir Armada rivaliser avec les meilleurs a prouvé que les joueurs américains qu’on idolâtrait n’étaient pas intouchables. Ça a redonné un souffle d’espoir à la scène compétitive européenne, et uni les deux scènes.” 

    David "Armada" Lindgren & Joseph "Mang0" Marquez lors du Genesis 3. Crédit photo : Robert Paul.
    Adam « Armada » Lindgren & Joseph « Mango » Marquez lors du Genesis 3. Crédit photo : Robert Paul.

    À l’époque, Armada avait échoué en finale face à Mango, qui écumait alors la scène américaine. Depuis, les deux joueurs ont disputé chacune des quatre finales du Genesis. Comme si ce tournoi était destiné à être le théâtre de leur rivalité :

    Pour eux, le Genesis,  c’est une promesse. C’est le lieu où ils règlent leurs comptes. Même si d’autres joueurs avaient le niveau pour gagner ce Major, c’était sans compter la fierté et le sérieux de Mango et Armada. Il ne faut pas non plus oublier qu’ils sont 1er et 3ème du classement mondial. Ce scénario est donc toujours facilement envisageable.

    François “Fauster” Le Brun – commentateur Smash Bros

    Une hiérarchie inébranlable

    Depuis 2009, le Genesis a pris du galon. Malgré une pause de cinq ans, la compétition a repris de plus belle en 2016. Cette année, le tournoi Melee a enregistré plus de 1700 participants pour un cashprize de 18 000$. Et pourtant, ce sont toujours les mêmes que l’on retrouve au sommet : Hungrybox, Mew2King, Mango… et Armada, qui remporte ce tournoi face à son meilleur ennemi. À croire qu’on est dans un scénario écrit à l’avance !

    Mais évidemment, il n’en est rien. Melee est un jeu extrêmement exigeant, où tout se joue à la frame près :

    C’est un jeu où le meilleur gagne. Il est doté d’une telle profondeur que seul des bots peuvent atteindre le niveau maximum. Et aujourd’hui encore, les meilleurs joueurs du monde progressent. Ce n’est pas pour rien que la méta évolue depuis 15 ans.

    François “Fauster” Le Brun – commentateur Smash Bros

    Ce degré de liberté inhérent au gameplay de Melee fait la grande force du jeu, et lui assure une longévité sans pareil. Mango, Armada et les autres auront donc d’autres occasions d’en découdre au sommet. Comme à l’EVO 2017, où Melee fera à nouveau partie des disciplines officielles.

    À la une

    Ne rien manquer de l'actualité ESport

    Best Moves

    Par amour du beau jeu !