Médias | Canal esport club
Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Hearthstone : Marin à tout prix

    Marin le malandrin est jouable depuis hier sur les serveurs européens. Voici quelques idées de decks pour inclure cette carte somme toute plutôt nulle.

    Pour fêter la sortie en décembre de la prochaine extension d’Hearthstone, Blizzard a offert à tous les joueurs une carte légendaire gratuite : Marin le malandrin (ou Marin the Fox outre-manche). À première vue, la carte est relativement faible : des statistiques déprimantes (6/6 pour 8), aucun réel impact lors de son invocation et une composante aléatoire un peu trop prononcée pour compenser tout cela.

    La mécanique reste amusante : Marin invoque un coffre pour l’adversaire, que vous devrez ensuite casser pour obtenir l’un des quatre trésors suivants :

    Certes, ces cartes ne sont pas inutiles, mais le jeu n’en vaut pas la chandelle. En outre, donner une créature gratuite à son adversaire alors que les Palefroi d’os pullulent en partie classée, c’est une mauvaise idée. Néanmoins, les streamers d’Hearthstone se sont amusés à tester le bébé.

    Quelques decks

    • L’Allemand Senfglas a imaginé un Prêtre combo dont l’objectif est de tuer l’adversaire avec une grosse créature. L’idée est de voler le coffre avec une Potion de folie et de le pimper un peu. Pas bête, car ce dernier apparaît sur le terrain avec 8 points de vie !
    • JAB l’a inclus dans un Mage Contrôle. On est pas convaincus.
    • Trump le met dans un Guerrier Fatigue. Pourquoi pas.
    • Savjz l’incorpore à un Big Druid. Notons que lors de son stream,  le fait de jouer Marin a plutôt eu tendance à diminuer son pourcentage de victoires. Le combo avec Aile-de-Mort reste juteux.

    Bref, Marin, c’est plutôt nul mais ça reste fun. Cependant, la sortie de Kobolds & Catacombes pourrait réserver des surprises et rendre cette carte un peu plus viable. En attendant, Marin donne plutôt ce genre de chose :

    À la une

    Ne rien manquer de l'actualité ESport

    Best Moves

    Par amour du beau jeu !