Médias | Canal esport club
Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    IEM Oakland : la vie en rose

    Ce week-end, Oakland est devenu l’arène d’un affrontement entre six équipes venues des quatre coins du monde. Au programme : deux jours de compétition intense avec à la clé, un ticket pour les tant convoités IEM de Katowice.

    Les hostilités commencent avec un best of three à sens unique entre les Européens Unicorns of Love et INTZ, venus du Brésil pour représenter la région Wildcard. Dès le début du match, on comprend que les licornes ne sont pas là pour faire du tricot. Ils s’imposent en deux matchs expéditifs face à des INTZ désemparés. Fabian “Exileh” Schubert, s’impose ici comme un élément clé de ces victoires. Le midlaner de l’équipe européenne s’est particulièrement illustré avec les champions Viktor et Cassiopeia.

    Pour le second BO de la soirée, même motif, même punition. Celui-ci oppose les Chiefs, venus d’Australie, à une équipe coréenne, très belliqueuse, Longzhu Gaming. Ces derniers peinent à trouver leurs marques. Malgré tout, elles parviennent à prendre à revers les australiens grâce à une macrogame que les Chiefs ne parviennent pas à gérer. On notera tout de même une belle performance australienne, celle de leur toplaner, Brandon “Swip3rR” Holland, durant la phase de lane avec Kennen.

    L’équipe australienne à bout de souffle durant le BO3 contre Longzhu

    EU>NA ?

    A l’issue de cette première journée de playoffs, les deux équipes gagnantes avancent dans l’arbre. L’ultime bataille entre l’Europe et l’Amérique est alors annoncée ! Les licornes de l’amour rencontrent la Team Solomid du midlaner Soren “Bjergsen” Bjerg pour une place en finale. A l’issue de la première partie, ça s’annonce mal pour nos européens. Les TSM jouent une composition basée sur le pick-up et déroulent à merveille leur jeu, laissant sur le carreau une équipe UOL totalement bloquée. Les licornes ne baissent pas les bras s’adaptent pour la suite du BO, jouant autour des erreurs ennemies pour capitaliser dessus. Le toplaner Kiss “Vizicsacsi“ Tamas foudroie l’équipe adverse à l’aide de Kennen et ses initiations de teamfight pour apporter la victoire à ses alliés et avancer en finale.

    Pour cette deuxième demi-finale, nous découvrons Lu “DoubleRed” Yuhung, le nouveau carry AD des Flash Wolves, choisi ici pour jouer durant ces IEM. Si, pendant les Worlds, tout le monde redoutait de voir les parties de l’équipe taïwanaise pour ses côtés soporifiques, ici les Wolves surprennent avec des compositions mobiles. Très efficaces en teamfight, ils écrasent la Corée 2-0. Que ce soit par leur gestion de la carte ou leur capacité à capitaliser sur la prise d’objectifs. Les Flash Wolves apparaissent méthodiques, très loin du cauchemar que nous avions pu voir contre Cloud 9 en phase de groupe du mondial.

    Grande finale et pas des moindres, les UOL qui avaient raté de très peu leur qualification au mondial sont à deux doigts de pouvoir participer à Katowice ! Les Flash Wolves sont prêts à en découdre et donnent du fil à retordre aux licornes, qui parviennent finalement à s’imposer sur la cinquième partie. Le BO5 se dénoue sur une action initiée par Zdravets « Hylissang » Galabov, avec Thresh, soutenu par l’ultime de Kalista.

    crédit photo : ESL, Helena Kristianson
    Les UoL victorieux. Photo : Helena Kristiansson – ESL

    Les Unicorns of Love rentrent donc à Berlin avec un beau titre en poche et une invitation pour la dernière étape des IEM qui se tiendra en Pologne début 2017.

    À la une

    Ne rien manquer de l'actualité ESport

    Best Moves

    Par amour du beau jeu !

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.