Médias | Canal esport club
Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    LoL : Impact tacle Cloud9 et les NA LCS

    Interviewé par IVENGlobal, le champion du monde coréen se lâche sur ses anciens coéquipiers de Cloud9, et sur le championnat américain en général.

    « Ils ne me manquent pas trop… Je pense que c’est parce qu’ils jouent un peu bêtement ». C’est la déclaration officielle qu’a faite Jung « Impact » Eon-yeong au site IVENGlobal en parlant de son ancienne équipe des LCS NA. L’actuel toplaner de Team Liquid s’est livré sur ses deux ans passés dans les rangs de Cloud9. Mais aussi sur son ressenti global du championnat américain. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le joueur coréen ne mâche pas ses mots.

    Après deux-trois compliments sur leur phase de laning (qui n’a pas été leur point fort de la saison 2017), Impact continue sur sa lancée en disant que malgré leurs erreurs, « les adversaires ne les punissaient pas ». Il dénonce un manque d’initiative des équipes américaines quant aux ouvertures et à la création d’opportunités. Difficile de ne pas voir entre les lignes une comparaison avec son expérience en Corée du Sud.

    Une opinion généralisée ?

    Bien loin de dire tous les professionnels coréens pensent de la même manière, ce n’est pas la première fois qu’ils balancent sur les « foreigners ». En 2015, le joueur de Starcraft 2 Life disait du français Lilbow que sa préparation contre lui n’avait aucune importance, et que leur match serait une promenade de santé. Dans la même optique, CloudTemplar, ancien jungler des CJ Entus, disait que les Worlds de League of Legends étaient une compétition entre les équipes coréennes.

    Il est vrai que la Corée du Sud est connue comme étant la terre de l’eSport. De même que les coréens règnent en maîtres sur certains jeux, dont League of Legends et Overwatch. Mais la réalité est bien plus nuancée. Les coréens sont quasi-absents d’autres compétitions eSportives, dont le versus fighting, où les japonais sont plus connus pour dominer sur Street Fighter, avec bien sûr notre Luffy national.

    Un monde hétérogène

    Un rapide coup d’œil sur la scène internationale suffit à voir que la Corée du Sud est loin de trôner en maître sur l’eSport. Sur Counter Strike notamment, la France domine le palmarès international à l’ESWC. Les canadiens de Northern Gaming sont champions du monde de Rocket League. Les coréens sont invisibles du Dota 2. Et, depuis fin 2017, la Chine semble inverser la tendance sur League of Legends.

    Bref, tout est relatif, et le regard fermé sur la Corée du Sud empêche de voir les réalités actuelles de l’eSport. Il n’y existe pas de domination pure et dure sur l’ensemble des jeux. Chaque discipline possède ses meneurs. La terre de l’eSport n’est peut-être pas celle que l’on croit.

    À la une

    Ne rien manquer de l'actualité ESport

    Best Moves

    Par amour du beau jeu !