Médias | Canal esport club
Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    League of Legends – Le split des dramas

    S’il y a bien une chose que le public aime, c’est quand tout se chamboule. Et question stabilité, le Spring Split de cette année fait figure de mauvaise élève. Cette semaine est la dernière chance de grappiller des points afin de participer aux playoffs. Le temps d’un constat des plus belles (ou mauvaises histoires) de ce début d’année.

    Clashs, déceptions, ascensions et chutes,… Cette première partie de la saison 8 de League of Legends a tout d’une série. La scène compétitive du numéro 1 des MOBA n’a jamais été aussi fournie en drama. Que ce soit les performances des équipes ou l’état psychologique des joueurs, on se trouve face ce qui pourrait s’apparenter à un shônen nekketsu. Rapide tour d’horizon des trois ligues faisant couler le plus d’encre à l’approche de la fin du Spring Split.

    LCK : Légendes en chute, et montée en puissance

    Dans cette pléiade de surprises, la plus grande d’entre toutes est sans doute SKT T1, en Corée du Sud. Le stress de l’équipe triple championne du monde suite à ses nombreuses défaites a été tel que leur joueur vedette en a perdu sa forme physique. Les légendes coréennes avaient remonté la pente. Mais cette semaine a été dure, avec notamment Faker qui a servi de punching-ball aux bbq Olivers. Des retournements de situation dignes d’un manga qui nous font attendre avec impatience le prochain chapitre.

    Et quand une civilisation tombe, c’est une nouvelle qui grandit. Pas si nouvelle que ça, puisque l’équipe dominante des King-Zone Dragon X n’est autre que les Long-Zhu renommés de l’année dernière, qui avaient d’ailleurs dominé le championnat coréen. Les Afreeca Freecs et les KT Rolster restent tout de même d’impressionnants rivaux. Tandis que les champions du monde de Samsung, rebaptisés KSV, ne sont pas loin derrière.

    EU LCS : La mayonnaise qui tourne

    Côté en européen, ce split a vu la montée fulgurante de Vitality. Et ce, avant que le soufflé ne retombe violemment au profit des rois de l’Europe. L’équipe française reste toutefois en lice pour les playoffs, mais une seule erreur, et le rêve disparaîtra pour de bon. En attendant, Fnatic et G2 Esports gardent leur position logique leader après des débuts difficiles, avec Splyce qui est tout de même devant G2.

    L’autre surprise mélangée à une petite déception vient de Misfits. Le lapin borgne avait gagné les faveurs des fans de League of Legends grâce à leurs splendides performances aux derniers championnats du monde. Les coéquipiers de notre Hans sama étaient forcément attendus au tournant. Mais avec un ratio de victoires négatif, difficile de rester optimiste pour la suite. De plus, en étant à égalité avec quatre autres équipes, un seul faux pas revient à passer à la trappe.

    NA LCS : Entre ambition et désillusion

    Outre-Atlantique, le Spring Split est bercé par l’AD Carry des Team Liquid, Doublelift, qui a fait de la vengeance son nindô. L’ex-TSM montre toujours son désir de vouloir écraser son ancienne équipe pour leur faire regretter leur décision. De leur côté, les TSM ont décidé de ne pas lui rendre la tâche facile. Si bien que Bjergsen a déclaré qu’il ne comptait pas concéder de victoire à Doublelift en particulier. Au final, le joueur qui était censé être un atout pour les Team Liquid est finalement devenu un facteur de risque, tant ses dernières performances sont plus que discutables.

    Et au milieu de cette discorde, ce sont les Cloud9 qui en profitent pour s’installer en tête, aux côtés d’Echo Fox. Les deux suivis de près par Clutch Gaming et 100 Thieves. Cette dernière équipe est d’ailleurs sous le feu des projecteurs depuis le début de la saison, puisqu’elle a signé le retour de Meteos en titulaire aux LCS, et a réussi à récupérer Apphoromoo. Deux joueurs qui font partie de l’image du championnat américain. La grosse déception provient sans doute des Golden Gardians qui avaient fait couler beaucoup d’encre à leur annonce. Une autre équipe de la NBA qui s’investit dans l’eSport attire toujours les regards. Mais on espérait voir autre chose.

    Si pour certaines équipes, il n’y a plus d’espoir, rien n’est encore joué dans ces trois régions. Les performances des dernières semaines rendent plus clairs les contours du tableau final, mais ces prochains jours finiront de remplir les blancs.

    À la une

    Ne rien manquer de l'actualité ESport

    Best Moves

    Par amour du beau jeu !