Médias | Canal esport club
Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Nemo remporte le Red Bull Kumite

    Le Japonais Naoki “Nemo” Nemoto s’est imposé lors du Red Bull Kumite ce week-end. Le CEC refait un tour dans la cage et vous raconte cette troisième édition !

    Le Red Bull Kumite est devenu un événement incontournable pour la communauté des jeux de combat en France. Il faut dire que le concept est alléchant : le gratin mondial de Street Fighter V s’affronte dans une cage. Un à un, les joueurs éliminés doivent ensuite ouvrir (à l’aide une clé remise au préalable) l’un des seize cadenas qui scellent le trophée du tournoi.

    Ne le cherchez plus, Nemo est là !

    Et ce dimanche, c’est Nemo qui a eu l’honneur d’ouvrir son cadenas en dernier. Aux commandes d’Urien, le Japonais a fait preuve de sang froid en battant son compatriote Gachikun à deux reprises. Auparavant, ce dernier l’avait éjecté en finale du Winner Bracket.

    Nemo & Gachikun lors du Red Bull Kumite. Crédit : Hadrien Picard – Red Bull.

    Le légendaire Daigo “Daigo” Umehara a été l’auteur d’un parcours exceptionnel, puisqu’il est parvenu à remonter tout le Loser Bracket et à accrocher le top 4. Une performance d’autant plus remarquable qu’il revenait à peine de l’ELEAGUE aux États-Unis. Ça fait beaucoup de voyages et peu de sommeil, même pour celui que l’on surnomme The Beast.

    Les Français en demi-teinte

    Côté tricolore, nous pouvons saluer la performance de Verdoyance et Jacvinjack, qui ont réussi à s’extirper des qualifications pour rejoindre le tableau final. Cependant, c’est après que ça a un peu coincé pour les frenchies. Seul Jacvinjack est parvenu à passer un tour, mais c’était face à Verdoyance. Petite déception donc dans le clan français, qui pouvait espérer mieux avec des cadors comme Luffy ou Mister Crimson.

    Jacvinjack et la foule du Red Bull Kumite. Crédit : Teddy Morellec – Red Bull.

    Du côté de la production en tout cas, rien à redire. Des matchs qui s’enchaînent à un rythme effréné, une traduction franco-japonaise au poil et un spectacle de tous les instants : le millésime Red Bull 2017 était à n’en pas douter un excellent cru !

    Crédit bannière : Nemo après sa victoire au Red Bull Kumite. Teddy Morellec – Red Bull.

    À la une

    Ne rien manquer de l'actualité ESport

    Best Moves

    Par amour du beau jeu !