Médias | Canal esport club
Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    On range les jouets : LEGO dimensions ferme ses portes

    Lego dimensions, le jeu pop-mercantile de Warner Bros, baisse les bras un an plus tôt que prévu. Et il emporte avec lui l’époque des jeux vidéos à figurines.

    Démonté. Lego Dimensions partait d’une bonne idée, tant d’un point de vue public que d’un point de vue marchand: bénéficier de toutes les franchises que Lego est en droit d’utiliser, et les mélanger dans un jeu d’action / construction inspiré par les petits blocs qui font mal quand on marche dessus.

    Malheureusement il y a un fossé entre la théorie et la pratique, et Warner l’a bien senti. Le jeu, bien que plaisant esthétiquement et permettant une interaction rigolote entre les figurines et le jeu, s’avère creux, répétitif et surtout beaucoup trop cher pour ce qu’il est. Comptez une petite quinzaine d’euros pour caque nouveau personnage ou licence connue que vous voulez intégrer dans le jeu.

    Ca, c’est 15 euros.

    Range tes jouets !  Warner est surtout le dernier studio à jeter l’éponge sur ce concept pourtant très vendeur il y a encore deux ans. Tous les grands studio s’y étaient mis, même Disney et son Disney infinite, four monumental stoppé en pleine course.

    Si vous avez des neveux, inutile de vous rappeler ce que sont les Skylanders, série interminable de jeux où chaque personnage jouable est à acheter séparément sous forme d’une figurine. Star incontestable du genre, il a montré le bien fondé de ce système économique notamment en se concentrant sur un public très jeune. Mais tous les concepts s’essoufflent, surtout ceux qui dépendent d’un gimmick aussi peu pratique qu’onéreux. Warner, en plus d’avoir pris trop tard le train en marche, a en plus fait l’erreur de s’adresser, non pas aux enfants, mais aux 25-38 ans, proposant ainsi d’entrée de jeu des scénarios et personnages basés sur Batman, Retour vers le futur, les Simpsons etc.

    Related image

    N’est pas amiibo qui veux. Seul survivant de ce fiasco collectif, Nintendo (qui a décidément tout compris) avait sans doute vu les limites de ce marché, et a ainsi proposé des figurine de facture correctes, connectées à des dizaines de jeux, et surtout ils ont instauré une forme de rareté jusque là inédite dans le petit monde des jeux-vidéos. Une fois n’est pas coutume, ils ont pris leur temps et sortent au compte goutte des figurines en plastique que même ceux dépourvus de console s’arrachent. Peut-être que c’est ce qui a perdu Lego Dimensions.

    À la une

    Ne rien manquer de l'actualité ESport

    Best Moves

    Par amour du beau jeu !