Médias | Canal esport club
Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Le récap’ de la semaine #4

    Vous n’avez pas eu le temps de suivre l’actualité ? Le Canal Esport Club revient sur cinq faits saillants qui ont marqué la première semaine de cette nouvelle année.

    Objection !

    Les conflits entre joueurs, structures et organisateurs sont malheureusement monnaie courante dans l’esport. La création d’un cabinet d’avocats dédié n’était donc qu’une question de temps ! Elle s’est concrétisée ce 3 janvier aux Etats-Unis, avec Bryce Blum et sa firme Electronic Sports and Gaming Law. Évidemment, le rôle d’ESG Law ne se limitera pas à la résolution de conflit : elle participera à la rédaction des contrats ou d’autres aspects qui consolideront l’esport. Selon son site, ESG Law compte déjà comme clients MonteCristo, EnVyUs ou encore Fnatic.

    La guerre des mondes

    Les Nation Wars IV battent leur plein du côté d’O’Gaming.TV. 30 000€ sont en jeu pour cette édition supportée par Blizzard. Les phases de groupe se terminent ce soir et ont été le théâtre de nombreux cheeses ! La joueuse canadienne et zerg Scarlett a porté son équipe : elle a enchaîné quatre victoires face à la Suède avant de clouer la Corée ! Du côté des joueurs français, ils ont rencontré un os en la personne de MajOr. En très grande forme, le Terran mexicain envoie la France puis la Pologne en Looser Bracket. Dernière chance de se qualifier pour les perdants mentionnés dans quelques heures !

    PEA : fin du game

    Après moult péripéties, la PEA vient d’annoncer qu’elle renonçait à lancer sa propre ligue sur CS:GO. Cette décision intervient après le résultat d’un vote des joueurs, autorisé par les dirigeants. Selon SirScoots, six des sept équipes membres ont unanimement décidé de participer à l’ESL Pro League plutôt qu’à celle de la PEA. Au delà de l’argent en jeu, les joueurs ont eu le sentiment qu’ils seraient plus proches de leur communauté via l’ESL. Bonne nouvelle pour la WESA donc. L’organisation s’apprêterait même à obliger ces équipes à ne participer qu’aux événements de l’ESL !

    « A propos de la décision des joueurs de participer à l’ESL Pro League plutôt qu’à la PEA, le premier point que j’aimerais soulever est que l’ESL est moins lucrative pour les joueurs à court terme. » Sir Scoots

    Et le clavier fut

    Crampes, tendinites et syndrome du canal carpien sont les blessures classiques du joueur assidu. L’ancien coach de Fnatic, Luis “Deilor” Sevilla, a souvent constaté au cours de sa carrière que ces désagréments influençaient énormément les performances. Mais il n’avait pas d’autres solutions pour y remédier que le repos. Alors il vient de lancer Shortcut, un clavier à l’ergonomie pensée pour “la performance, le confort et la santé des joueurs”. Ce n’est pas le premier à tenter ce genre d’expérience, mais pour mettre à l’épreuve cet OVNI, vous pouvez vous inscrire sur shortcut.gg !

    Les empreintes de Big Foot ? Non, il s'agit du clavier Shortcut, de Deilor.
    Les empreintes de Big Foot ? Non, il s’agit du clavier Shortcut, de Deilor.

    L’avenir de la presse esport

    C’est officiel, Le Journal de l’Esport s’arrête après quatre numéros. Lancé en juin 2016, le bimestriel était le premier magazine dédié à voir le jour, au moins en France. L’expérience avait le mérite de proposer des dossiers longs, proposant tantôt un regard d’expert, tantôt un angle permettant de comprendre l’ampleur d’un jeu. Comme indiqué dans une lettre du directeur de publication, Florent Gorges, les annonceurs n’ont jamais répondu en nombre suffisant pour que le journal rentre dans ses frais. De plus, il est toujours difficile pour un titre de presse spécialisé de trouver son lectorat. Souhaitons qu’il n’arrive pas la même chose à Pro Gamer, nouveau magazine sur l’esport lancé en décembre dernier.

    À la une

    Ne rien manquer de l'actualité ESport

    Best Moves

    Par amour du beau jeu !