Médias | Canal esport club
Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Sexisme, homophobie et racisme… David Cage en mauvaise posture chez Quantic Dream

    Une série d’enquêtes menées par Médiapart, Le Monde et Canard PC ont mis en lumière l’ambiance chez Studio Quantic Dreams, que d’anciens employés jugent nocive…

    Rappel des faits. Le 14 janvier, l’enquête collaborative de MédiapartCanard Pc et Le Monde sur les conditions de travail dans le milieu du jeu vidéo est une véritable bombe pour l’enfant chéri du jeu français. Quantic Dreams, le studio de David Cage (notamment connu pour Heavy Rain) serait un véritable enfer pour ses employés.

    Aux semaines de 60 heures s’ajouteraient des montages photo injurieux garnis d’épithètes sexistes et homophobes, des comportements déplacés ainsi qu’un racisme banalisé. A tel point qu’un des anciens employés rapporte au Monde que Cage, après avoir visionné la vidéo de surveillance d’un cambriolage dans les locaux, aurait demandé à un employé d’origine tunisienne si c’était son cousin sur les images. Guillaume de Fondaumière, le co-fondateur du studio et David Cage réfute catégoriquement ces rapports, se disant choqués par les « élucubrations » d’anciens employés « frustrés ».

    Damage Control. Depuis la sortie des articles, c’est un grand mécanisme de communication de crise qui s’est mis en place au studio. Les employés s’organisent pour nier les faits décrits, épaulés en cela par le Youtuber Siphano, un « influenceur » proche du studio.

    David Cage s’est lui même adressé au journal Le Monde : « vous voulez parler d’homophobie? J’ai travaillé avec Ellen Page qui se bat pour les droits LGBT. Vous voulez parler de racisme? J’ai travaillé avec Jesse Williams qui se bat pour les droits civiques au Etats-Unis… Jugez moi pour mon travail. »  Une saillie plutôt mal passée auprès du public.

    « Est-ce qu’il vient d’utiliser la défense du « mon meilleur ami est noir »? »

    Heavy Pain. Comme si ces révélations choc et les erreurs de communication n’étaient pas suffisantes, Sony en rajoute une couche. Ce soutien financier majeur de Cage, contacté par le site Gameblog s’est fendu d’une phrase lapidaire :

    « En tant que studio de développement indépendant, Quantic Dream est responsable de sa politique sociale et salariale. Plus globalement, nous attendons de nos fournisseurs et partenaires qu’ils se conforment aux lois et usages en vigueur dans leur pays. Nous n’avons pas d’autre commentaire ».

    Rappelons que Detroit: Become Humans, le prochain jeu de Quantic Dreams  avait également provoqué une vive polémique, notamment pour une scène de violence domestique jugée trop complaisante et misogyne par certains. Des critiques internes et publiques que Cage – par ailleurs chevalier de la Légion d’Honneur 2014 – avait alors ignoré.

    À la une

    Ne rien manquer de l'actualité ESport

    Best Moves

    Par amour du beau jeu !