Médias | Canal esport club
Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Speedrun : un cas de triche sur Super Meat Boy

    Le speedrunner ExoSDA a été convaincu de triche sur le jeu Super Meat Boy.

    C’est un coup dur pour les amateurs de speedrun. Plus tôt cette semaine, des modérateurs de la communauté ont mis en doute la légitimité de plusieurs « runs ». Parmi eux, l’ancien record du monde du Super Meat Boy, détenu par l’Allemand ExoSDA.

    Tout d’un coup

    Pour être validé, un speedrun doit être enregistré en vidéo et réalisé d’une seule traite. À partir du moment où le timer démarre, le « runner » n’a pas le droit de le mettre en pause. C’est ce qui fait le charme de cet exercice exigeant : le joueur doit faire preuve d’une grande régularité pendant de longues périodes de temps.

    Or, certains ont recours à une méthode fallacieuse appelée le « splicing ». Au lieu de finir le jeu d’un seul coup, le joueur enregistre des segments de niveaux qu’il parcourt indépendamment. Grace à un logiciel de montage, il met ensuite ces fragments bout à bout.

    En 2014, l’Australien Zukoza avait utilisé cette méthode pour obtenir son record du monde de Super Meat Boy (run depuis invalidé). Aujourd’hui, il s’avère que ExoSDA a également usé de ce procédé de segmentation.

    Sorti en 2010, Super Meat Boy est un jeu de plateforme réputé pour sa difficulté.

    Un run mythique

    Le record du monde de l’Allemand date de 2012. Il avait fini le jeu en 18 minutes et 39 secondes, ce qui constituait à l’époque un tour de force. La vidéo du run (depuis supprimée) comptait presque un million de vues sur YouTube, nombre presque irréel pour cette communauté de niche.

    Le record du monde actuel en « any % », détenu par le Finlandais Matte.

    Depuis, les runners ont développé de nouvelles stratégies et les meilleurs sont passés sous la barre des 18 minutes. C’est le cas de Louis « Hamb » Dumont, actuellement deuxième meilleur temps sur le jeu dans la catégorie « any% ». Interrogé par la rédaction, il évoque l’importance de ce temps réalisé par ExoSDA :

    Toute la communauté considérait ce run comme un exploit mythique. Il a donné du fil à retordre à beaucoup de gens. Le temps figurait encore dans le top vingt mondial cinq ans après alors que les stratégies se sont largement améliorées depuis. Mais Exo était aussi connu pour d’autres runs sur des jeux comme Megaman X2, Ninja Gaiden… il avait la réputation d’être très propre.

    Un sport de patience

    ExoSDA a publiquement avoué avoir segmenté son run. Il évoque des problèmes liés à son logiciel d’enregistrement, qui venaient soi disant « gâcher aléatoirement » ses runs. Bien sûr, ce n’est pas la première fois qu’un tel cas se produit. Mais le run d’Exo a une signification particulière auprès de la communauté. Hamb, lui, ne cache pas sa déception :

    La triche sur Super Meat Boy est peu fréquente, mais c’est à chaque fois un coup dur. Ça fait plusieurs fois que ça concerne un membre actif de la communauté, quelqu’un en qui tout le monde a confiance. Et le pire, c’est qu’à chaque fois, les tricheurs ont le potentiel de réaliser le même temps de manière honnête.

    Le speedrun est une discipline frustrante, où le moindre faux pas peut réduire à néant plusieurs mois de travail. Paradoxalement, les tricheurs sont souvent d’excellents joueurs, parfois même les meilleurs.

    Mais peut-être le fait de devoir recommencer une course des milliers de fois incite-t-il à prendre des raccourcis peu scrupuleux. Surtout si vous voulez que votre pseudo se retrouve en tête d’un classement mondial.

    Merci à Hamb pour son aide précieuse à la rédaction de cet article !

    À la une

    Ne rien manquer de l'actualité ESport

    Best Moves

    Par amour du beau jeu !