Médias | Canal esport club
Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Vague de bannissements sur Destiny 2 : le point

    Un jour à peine après la sortie de Destiny 2 sur PC, plusieurs centaines de joueurs se sont vus bannis du jeu par l’éditeur.

    Le 24 octobre, Destiny 2 sortait sur PC. Si vous êtes un habitué de Twitch, vous avez difficilement pu manquer les annonces faisant la promotion du jeu de tir futuriste à la première personne. La grande nouveauté, Activision oblige, c’est qu’il faut passer par la plateforme Battle.net pour lancer le bébé.

    Mais très rapidement, l’éditeur Bungie a banni près de 400 utilisateurs, provoquant un tollé sur Reddit. En effet, de nombreux joueurs se sont plaint d’avoir été injustement bannis. Leur seul tort aurait été d’avoir utilisé certains logiciels tiers qui seraient incompatible avec le jeu. Parmi ces programmes, nous retrouvons les logiciels de capture (Fraps, OBS, XSplit), d’amélioration de performance (MSI Afterburner) et même de simples plateformes de discussion comme Discord. Selon les dires de ces joueurs lésés, cette vague de bannissement s’est faite automatiquement et est donc totalement injustifiée.

    Anguille sous météorite

    Cependant, Bungie a publié sur son site un communiqué pour clarifier la situation. Nous y apprenons que Destiny 2 ne « bannit pas de manière automatique ». Au lieu de cela, toutes les exclusions auraient été « réalisées par des humains après enquête ». Qui plus est, les applications tierces précédemment évoquées n’ont aucun rapport avec ces bannissements.

    En réalité, la quasi-totalité des bans concerne des joueurs qui ont eu recours à « des outils qui menacent l’écosystème du jeu ». Bungie a admis qu’un petit groupe de joueurs a bel et bien été bannis injustement, mais l’éditeur aurait rapidement corrigé cette erreur. En revanche, les autres joueurs exclus sont selon toute apparence de véritables tricheurs. Affaire à suivre, donc.

    À la une

    Ne rien manquer de l'actualité ESport

    Best Moves

    Par amour du beau jeu !