Médias | Canal esport club
Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Les Worlds 2016 en chiffres

    Dans une infographie récapitulative, Riot Games revient sur les chiffres clés des derniers championnats du monde de LoL.

    Il y a plus d’un mois, les SK Telecom T1 remportaient leur troisième sacre de champions du monde. Mais les coéquipiers de Lee « Faker » Sang-hyeok n’avaient jamais connu autant de difficultés à s’adjuger ce titre. En effet, la finale qui les a opposés aux Samsung Galaxy a duré exactement 252 minutes, soit 4h20. C’est le BO le plus long jamais disputé dans un championnat du monde sur League of Legends.

    Du fun…

    Comme souvent, Riot nous a servi un cocktail où se mélangent données sérieuses et stats cocasses. Parmi ces dernières, on note un taux de mortalité extrêmement élevé chez les Dragons sur la faille de l’invocateur. 300 d’entre eux ont trouvé la mort lors de battues organisées par les divers champions présents. Du côté des minions, le bilan n’est pas plus tendre : 181 762 âmes ont été implacablement farmées par les joueurs présents. Leur bourreau le plus redouté s’appelle Zachary « Sneaky » Scuderi. L’américain a en effet passé la barre des 690 CS lors de la partie qui a opposé Cloud 9 à Flash Wolves. Toutes nos pensées vont aux familles des victimes.

    Sneaky, la terreur des sbires.
    Sneaky, la terreur des sbires.


    Dans la catégorie « Insolite », Riot recense également 4 bans de Miss Fortune. Ce pick exotique a été la coqueluche de ces Worlds après que GorillA l’a choisi contre SKT… au poste de support. Bien entendu, l’euphorie qui s’en est suivie a eu de sévères répercussions en soloQ, où le monde entier a voulu s’essayer à ce champion au moins une fois. Autant dire que pas mal de dents ont grincé sur les serveurs.

    … et du sérieux

    En terme de diffusion, le bilan 2016 de ces championnats est plutôt solide. Dans son ensemble, l’événement a attiré 43 millions de spectateurs uniques et a généré plus de 396 millions d’impressions à travers le monde. A titre comparatif, l’édition 2015 avait rassemblé 334 millions d’impressions. En revanche, ça stagne un peu plus du côté du pic d’audience. Le meilleur score cumulé en 2016 s’élève à 14,7 millions, contre 14 millions en 2015.

    Samsung Galaxy versus SK Telecom T1 at the 2016 World Championship - Finals at STAPLES Center in Los Angeles, California, USA on 29 October 2016. Artist - Marv Watson
    Un millésime 2016 plutôt réussi.


    Ces chiffres paraissent démesurés, et il est difficile de prouver que Riot Games ne gonfle pas ses stats ici et là. Après tout, ce ne serait pas sans précédent dans l’esport, pas vrai ?

    Il n’empêche que LoL attire tout de même les foules. En plus du stream Twitch officiel, il faut additionner toutes les chaînes locales. En tout, Riot dénombre 23 broadcasts dans 18 langues différentes. Certaines communautés pèsent lourd dans la balance, comme la Turquie et le Brésil. Il s’agirait également de ne pas oublier les Chinois, présents en masse sur une autre plateforme : Douyu. Enfin, les Worlds 2016 étaient également diffusés à la télévision, aux États-Unis comme en Malaisie. Les chiffres officiels de Riot Games pourraient donc bien refléter la réalité de l’audience.

    Bannière : Les SKT T1, triple champions du monde de LoL avec leur victoire du 29 octobre 2016. Photo : Colin Young-Wolff – Riot Games.

    À la une

    Ne rien manquer de l'actualité ESport

    Best Moves

    Par amour du beau jeu !