Médias | Canal esport club
Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Esport – Quel joueur gagne le plus

    Si streamer est un métier instable, esportif l’est tout autant. Du stéréotype de joueur solitaire à la star mondiale, le statut de pro gamer a évolué, ainsi que le cashprize qui va avec. Et dans cette évolution de l’esport, certains joueurs ont réussi à amasser de solides revenus.

    Des week-ends de LAN dans le salon aux Worlds, l’esport a bien évolué. Dans son documentaire sur l’évolution du sport électronique, Steam avait mis en avant le fait que cette industrie n’en est en fait pas à ses débuts. Que les premiers prix étaient packs de boissons. Bien loin des multiples zéros que l’on signe maintenant sur les chèques des joueurs.

    En l’espace de quelques années, ce rendez-vous entre amis est devenu un carrefour international. Mais surtout une promesse de carrière. Beaucoup d’appelés, peu d’élus. Et comme dans n’importe quel sport, la discipline joue tout en autant que la performance dans le montant des revenus. Faisons un tour d’horizon des cinq esportifs ayant eu les plus grands gains dans l’histoire.

    05. Lee « Jaedong » Jae-Dong – 627.000$ (StarCraft : Brood War)

    Oui, StarCraft continue de rapporter gros, surtout aux coréens. Même le premier jeu sous l’extension Brood War au pays du matin calme. Le STR de Blizzard est d’ailleurs le jeu ayant la plus longue durée de vie dans l’histoire de l’esport. Discipline (presque) de niche à l’international, StarCraft reste un phare du Corée du Sud. Et Jaedong est une légende du jeu, en plus d’être l’un des esportifs les plus appréciés au monde. Si on doute zerg, il suffit de pousser ce classement à une place de plus pour voir que le prochain est Maru, le jeune joueur terran sur StarCraft 2, avec 591.000 dollars. Comme quoi, le genre du STR n’est pas mort.

    04. Damon « Karma » Barlow – 647.000$ (Call of Duty)

    Un mythe du FPS d’Activision. Trois titres de champion de monde à son actif. Personne n’a jusque-là égalisé son palmarès. Au-delà de sa performance, la Call of Duty World League se porte mieux que jamais. Et même si Karma a quitté la scène du FPS cette année, le développement de la scène n’attendra pas son retour. D’ailleurs, le joueur d’OpTic Gaming pourrait bien se lancer dans la future saison compétitive de Fortnite. Son apparition au Friday Fortnite n’est pas passée inaperçue.

    03. Gabriel « FalleN » Toledo – 748.000$ (Counter-Strike : Global Offensive)

    FalleN est une idole au Brésil, et un leader pour toute une génération d’esportif. Il a transformé une équipe mineure en championne du monde sur le FPS de Valve. Le joueur brésilien est reconnu dans le monde pour ses talents de meneur, mais aussi de sniper. Talents qui lui ont d’ailleurs fait gagner deux titres tournois Valve Majors. CS:GO reste le numéro un des FPS compétitif. Ce qui n’est pas étonnant, dans la mesure où le genre est toujours aussi populaire, et que la licence CS a contribué à écrire l’histoire.

    02. Lee « Faker » Sang-hyeok – 1,1 million $ (League of Legends)

    Est-il encore utile de présenter le jeune coréen ? S’il n’y a qu’un nom à retenir ces dernières années, c’est bien le sien. Le premier à avoir reçu le titre de « God » par ESPN. Triple champion du monde avec la même structure sur la discipline esportive la plus populaire au monde. Les légendes ne meurent jamais, et le nom de Faker restera graver dans les mémoires. Et ce, même si son équipe est accusée de chute de performances. Le MOBA de Riot Games est l’un des jeux les plus rentables dans l’esport, et la présence de son plus grand représentant ici n’a pas de quoi étonner.

    01. Kuro « KuroKy » Takhasomi – 3,5 million $ (Dota 2)

    Mais au-dessus du MOBA de Riot, celui de Valve. Bien que moins populaire, en particulier en Occident, Dota 2 reste une énorme machine à cashprize. Notamment grâce à The International qui détient toujours le record du plus grand prizepool de l’histoire du jeu vidéo. Et qui est le championnat du monde que le joueur allemand a remporté l’an dernier avec les Team Liquid. Et même les 2,1 millions qu’il a reçu après cette victoire, son solide palmarès avec Na’Vi et Team Secret aurait suffi à en faire le numéro 1 du classement

    La démocratisation de l’esport étant tout de même un phénomène plus ou moins récent, il n’est pas étonnant de voir ses gains encore bien loin des plus grandes icônes du sport traditionnel. Il n’empêche que voir une telle évolution en l’espace de quelques années rend optimiste sur l’avenir sur sport électronique. Comme toute carrière sportive, être pro gamer est une voie risquée, et seuls les meilleurs sont capables d’en vivre.

    À la une

    Ne rien manquer de l'actualité ESport

    Best Moves

    Par amour du beau jeu !