Médias | Canal esport club
Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Game Fever : My Moon My Game

    Avec sa renommée grandissante, les documentaires sur l’esport se multiplient. Canal aussi s’y attaque en proposant un documentaire événement : Game Fever.

    Le film de 76 minutes est le résultat de trois ans de tournage par Hervé Martin-Delpierre et son équipe. Le réalisateur est un auteur chevronné, qui a tourné des documentaires variés sur la corruption dans le sport ou sur Daft Punk. Pour Game Fever, il a voyagé entre Chine et Corée pour nous rapporter ces images.

    Le documentaire en cinq chapitres s’ouvre avec Gogoing, capitaine de l’équipe chinoise OMG en 2014. Le toplaner confesse avoir été brusquement chassé de sa famille à cause de son penchant vidéoludique. Le ton est donné : le film ne se borne pas à passer en revue l’ampleur du phénomène, mais nous plonge dans le quotidien de ses protagonistes. De leurs rêves à leurs doutes, des moments difficiles aux plus intimes en famille, Hervé Marti- Delpierre nous montre plonge dans l’intimité de ces stars asiatiques, pourtant réputés pour leur stoïcisme.

    Nous, les Coréens, nous savons que le jeu n’est pas qu’un jeu.

    Jang « Moon » Jae Ho

    La suite nous fait rencontrer une légende de Warcraft 3 en la personne de Moon, à l’aube de son service militaire obligatoire en Corée. Là encore, le film a le mérite de nous montrer l’envers du décor. Qui aurait cru voir ce stratège de génie répondre au standard téléphonique de l’armée ? En famille avec sa femme et ses deux enfants, Moon fait part de ce besoin de jouer et de gagner qui ne l’a toujours pas quitté. Entre chaque séquence, des images de la ville de Shangaï, des quartiers populaires de Séoul ou de son stade plein à craquer pour les Worlds 2014. Le tout rend le film tantôt poétique, tantôt plein de ferveur pour le spectateur qui peut ressentir la tension éprouvée par les joueurs. Comme par exemple lorsque le réalisateur nous emmène à Los Angeles, pour la BlizzCon 2015. Nous y retrouvons sOs, dernier progamer et acteur du documentaire, accompagné de son manager. Le Coréen, grand maître Protoss sur StarCraft 2, vient réclamer son second titre de champion du monde.

    A mon sens, l’équipe est plus importante que le titre de champion.

    Gao « Gogoing » Diping

    Les trois portraits de ces joueurs au fort esprit compétitif sont entremêlés tout au long du documentaire. La photographie du film est très naturel, hormis un passage particulier avec Moon ou les extraits de Warcraft 3 et StarCraft 2 qui le ponctuent. Deux voix off, dont le ton pourra interloquer les adeptes des commentaires enflammés des shoutcasters, ont le mérite de servir de fil rouge narratif de façon originale. Un bémol, le film ne rentre pas dans les détails stratégiques et n’explique pas en quoi ces joueurs sont doués dans leur discipline. Pour autant, il remplit parfaitement son objectif qui est de parler au tout public d’esport, non pas à travers des chiffres, mais avec ses athlètes, machines de guerre et bel et bien humains.

    GameFever est disponible en replay sur MyCanal.fr.

    À la une

    Ne rien manquer de l'actualité ESport

    Best Moves

    Par amour du beau jeu !

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.