Médias | Canal esport club
Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Mitsuhide : « Un jeu où je pourrais devenir le meilleur »

    Le Canal Esport Club est allé à la rencontre de Louis « Mitsuhide » Bremers, jeune joueur d’Hearthstone. Le Néerlandais nous parle de ses débuts, ses coups d’éclats et ses déboires dans un portrait en trois parties. Découvrez aujourd’hui les prémices d’un compétiteur-né, bien loin encore d’imaginer qu’un jeu de cartes virtuelles est sur le point de prendre une place primordiale dans sa vie !

    “Weghuz ne peut pas se permettre de prendre six points de dégât ! Il va devoir utiliser des sorts, la Surprise du chef va être activée, l’Arc va être buff… la prise de décision de Mitsuhide est exemplaire ! Il est sur le point de gagner son premier titre majeur !” Dans ce jargon propre à Hearthstone, les commentateurs s’extasient devant les décisions du joueur à droite de l’écran, Mitsuhide. Quelques minutes plus tard, le jeune Néerlandais porte l’estocade à son adversaire du jour. Il serre nerveusement le poing : à seulement 18 ans, il vient de remporter la prestigieuse DreamHack Winter 2016 en Suède.

    Mitsuhide après sa victoire à la DreamHack Winter 2016. Photo : GamersOrigin

    Du petit chevalier hollandais…

    C’est dans le petit village de Zevenaar, à la frontière germano-néerlandaise, que Louis Bremers voit le jour. En plus des vélos qu’il s’amuse à construire avec ses amis, il se passionne rapidement pour les jeux vidéo. À 12 ans, après les cours, il alterne les headshots sur Medal of Honor et les sessions de farm sur divers MMORPG, titres auxquels il joue “strictement pour le fun”.

    La fièvre de la compétition s’empare de lui un peu plus tard avec Cube 2 : Sauerbraten. Sur ce jeu de tir comparable à Quake, Louis s’en sort plutôt bien et envisage pour la première fois de participer à des tournois. Mais le jeune homme a une particularité : il est perfectionniste. “Cube 2 était sorti depuis trop longtemps, nous confie-t-il. Les joueurs du circuit avaient pris beaucoup d’avance. Pour moi, c’était trop tard. Si je voulais jouer en compétition, il fallait que je me mette à un nouveau jeu, un jeu où je pourrais devenir le meilleur.”

    En 2014, Hearthstone sort en version bêta. Rien ne laisse alors présager que Louis, d’habitude friand de FPS, fasse carrière dans les petites cartes magiques. Il teste un peu le bébé. Ce n’est pas le coup de foudre, mais qu’à cela ne tienne. L’éditeur Blizzard met en avant la scène compétitive et c’est maintenant qu’il faut s’y mettre. Après plusieurs mois en dilettante et malgré les contre-indications de sa maman, Louis décide de se consacrer sérieusement au jeu. Il décide que son alias sera “Mitsuhide” (prononcez “mi-tsou-hi-dé”).

    Je voulais un pseudo stylé, et j’ai tapé “général japonais” sur Google. “Mitsuhide” est apparu dans les premiers résultats. Je trouvais que ça collait. Je ne suis pas quelqu’un de très original : avant, je m’appelais “DutchKnight” ! (“Chevalier hollandais”) Il faut me pardonner, j’avais 11 ans.

    … au grand général d’Hearthstone

    Il rejoint alors les Belges de RUZ3 Gaming et se lance dans ses premiers tournois. Le jeune joueur signe très vite de belles performances, que ce soit en ligne ou lors de divers événements organisés au Bénélux.

    Dans l’optique de progresser, Mitsuhide intègre courant 2016 une formation de plus grande envergure : Sector One. Entouré d’un collectif solide, il commence à participer à des tournois un peu partout en Europe. L’été venant, il fait même ses débuts en terre française au Hearthstone Festival, à Lille.

    Je décrirais Mitsuhide comme quelqu’un d’extrêmement calme et concentré sur son objectif. Il est souvent dans sa bulle. C’est le genre de joueur qui va peaufiner les détails de son jeu toute la nuit alors que les autres seront en train de faire la fête ou de dormir. Pendant le Hearthstone Festival, les jeunes de son âge ont mangé du fast-food tout le week-end. Mais Louis a insisté pour avoir un repas plus sain. Je l’ai donc emmené dans un petit établissement du casino Barrière proposant des salades et de la soupe.

    Jean-Baptiste « Daydream » Beeckmans – Manager de Mitsuhide chez Sector One

    Mitsuhide en finale du Hearthstone Festival face à Maverick. Photo : Benjamin « ShortID » Martinet.

    On est loin du cliché des LAN-parties et des parts de pizzas qui s’entassent sur un bureau déjà pris d’assaut par les restes de hamburgers de la veille. Mais pour Mitsuhide, c’est un choix qui s’avère payant : il se classe deuxième de cette compétition d’envergure internationale. Une performance qui n’allait pas manquer d’attirer l’attention d’une certaine équipe française.

    [Vous pouvez retrouver la deuxième partie du portrait en suivant ce lien !]

    Bannière : Hugo Brionne – JK Groupe

    À la une

    Ne rien manquer de l'actualité ESport

    Best Moves

    Par amour du beau jeu !