Médias | Canal esport club
Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat
    Guillaume "Scok" Beck à la 6Cup de la PGW 2016. Photo : Caro Photography.

    Scok : le caster venu d’ailleurs

    Pour qu’un jeu rencontre le succès dans l’esport, il lui faut trouver un visage, un prophète prêt à répandre la bonne parole pour réunir ses adeptes. Rainbow Six aurait-il trouvé le sien en France ? A l’occasion de l’anniversaire du jeu, sorti le 1er décembre 2015, le CEC vous propose un portrait de Guillaume “Scok” Beck. Première partie.

    “5v2 pour Most Wanted, 40 secondes à jouer, Panix et meepeY pour ce clutch… Premier kill de meepeY, Panix qui peut-être va enchaîner… Grenade d’impact c’est bien joué ! Ça peut connecter! Ça peut connecter sur la fenêtre…. MEEPEY ! meepeY sur Jarvis ! 2v2 !! Let’s go P Duck !!!”

    Ces 40 secondes seront les dernières du match le plus intense qu’ait jamais commenté Scok. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, les Playing Ducks auront retourné la situation face à leurs rivaux américains, décrochant une qualification en finale sur le fil. “C’est comme si au foot, à la fin de la période du but en or, un joueur marquait depuis l’autre côté du terrain ! D’un point de vue cardiaque, ce match a été très dur à supporter.”

    A 27 ans, ce Toulousain d’adoption est prothésiste dentaire lorsqu’il découvre le nouvel opus de Rainbow 6 dès sa sortie. Très vite, il se passionne pour le FPS d’Ubisoft. “C’est vraiment un jeu à cinq, où vous vous portez les uns les autres. C’est ça qui le différencie des autres FPS explique-t-il. » Contrairement à un CS:GO ou même un Overwatch, le joueur playmaker aura beaucoup moins d’impact qu’un travail d’équipe efficace.

    Alors, l’envie de monter une équipe lui est devenue évidente. Plus facile à dire qu’à faire pour cet adepte du PC. Le FPS y souffre énormément des cheaters, contrairement aux versions consoles. Ajoutez à cela le ballet incessant des joueurs, découragés par le cheat ou insatisfaits du niveau et les raisons d’écorner une motivation sont nombreuses. “A un moment, j’ai été réaliste. Vu mon âge, mes réflexes n’allaient pas s’améliorer. J’ai donc décidé d’arrêter. Mais Panix, Enemy et Elemzje [ndlr : actuellement chez Playing Ducks], ainsi que beaucoup d’autres joueurs de mon entourage, m’ont poussé à me lancer dans le cast. Ils étaient certains que ma voix pouvait plaire aux gens.”

    Bryan "Elemzje" Tebessi, joueur Playing Ducks, pendant les playoffs de la Pro League S3. Photo : Pawel Bastrzyk - ESL
    Bryan « Elemzje » Tebessi, joueur Playing Ducks, pendant les playoffs de la Pro League S3 à Katowice. Photo : Pawel Bastrzyk – ESL

    Ubi-quité

    Le cast, Guillaume l’a découvert avec Pomf&Thud sur StarCraft 2, alors qu’il y jouait sans objectif de compétition. Pour s’y lancer, le timing ne peut être plus parfait. Nous sommes en février, Ubisoft vient d’annoncer la tenue d’une Pro League en partenariat avec l’ESL tandis que le mode spectateur est enfin disponible. Il contacte alors l’ESL qui décide de lui donner sa chance sur l’un de leurs tournois GO4.

    “Timide et calme”. Ce sont les deux mots qu’utilise Scok pour décrire sa première expérience en tant que commentateur. Peu importe qu’il débute : “Le cast en mode apéro” conquiert l’ESL et la petite communauté R6 PC.

    Scok GO4 #17 PC Screenshot Youtube : ScokSC2
    Scok, en solocast pour la GO4 #17 sur PC. Screenshot Youtube : ScokSC2

    Dorénavant, pour s’améliorer, au lieu de chanter sous la douche il y travaille sa voix. Augmenter son débit, hausser le ton. “Rien que crier sans partir dans un meuglement, c’est super difficile ! » précise-t-il.

    La première épreuve du feu arrive lors de la Gamers Assembly 2016. Deux tournois R6 y sont organisés, sur PC et Xbox. L’ESL et le staff de la GA lui ont donné le feu vert, mais c’était sans compter sur celui qui fournit le cashprize : Ubisoft. Une semaine avant l’événement, un parfait inconnu contacte Guillaume sur Twitter : Jérémy “BacKLasH JS” Somville, brand manager chez l’éditeur français.

    [Retrouvez la suite de ce portrait par ici !]

    Suivre Scok : Twitch | Youtube | Twitter | Facebook

    Bannière : Guillaume « Scok » Beck à la 6Cup de la PGW 2016. Photo : Caroline Cerone – Caro Photography.

    À la une

    Ne rien manquer de l'actualité ESport

    Best Moves

    Par amour du beau jeu !

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.